Critères de reconnaissance des minéraux par leur observation macroscopique

La couleur

Un minéral peut avoir plusieurs couleurs (ex : fluorite) mais plusieurs minéraux peuvent avoir la même couleur. On distingue la couleur intrinsèque et la couleur extrinsèque.
La couleur intrinsèque

grenat almandin taillé
Exemple grenat rouge coloré par du fer divalent dans ses cubes

péridot ou olivine taillé en goutte

Olivine colorée en vert par du fer divalent dans ses octaèdres.

La couleur extrinsèque

Les impuretés chromophores

béryl vert variété émeraude
Béryl coloré en vert par des traces de chrome (émeraude)

Les centres colorés

Exemple du quartz fumé

Les inclusions

quartz hématoïde biterminé
Exemple quartz laiteux (inclusions fluides) ou rouge (inclusion d’oxydes de fer)

L’éclat

L’éclat définit la manière dont le minéral renvoie la lumière.

L’éclat métallique

pyrite en dodécaèdre

L’éclat adamantin

Diamant sphalérite

L’éclat vitreux

Calcite optique

L’éclat nacré

Mica

L’éclat gras

Quartz

L’éclat résineux

soufre

La forme

On distingue dans un premier temps deux catégories de forme : Les cristaux automorphes et les cristaux xénomorphes.

pyrite cubique
Exemple cube de pyrite pour la forme automorphe

Chaque système cristallin peut donner plusieurs faciès, c’est-à-dire plusieurs formes à partir de la forme originale. Par exemple, par le jeu de troncatures, la forme cubique peut engendrer des formes dérivées jusqu’à l’octaèdre.

L’habitus donne une indication sur le rapport entre les différentes dimensions d’un cristal.

L’habitus isodiamétrique ou équant : le rapport de taille est proche de 1. On rencontre systématiquement cet habitus pour les minéraux du système cubique.

pyrite cubique
Exemple cube de pyrite

L’habitus tabulaire ou en tablettes

vanadinite

L’habitus prismatique

tourmaline noire variété schorl ou schorlite

L’habitus en tonnelet

Exemple du corindon

L’habitus lamellaire : cet habitus est proche de celui en tablette mais l’epaisseur du cristal y est beaucoup plus faible.
Exemple mica

L’habitus aciculaire ou en aiguille

Exemple du rutile ou okenite

L’habitus filamenteux ou fibreux

Exemple de l’asbeste

Les agrégats indiquent la manière dont les cristaux s’assemblent.

Les agrégats rayonnants

aragonite en boule du Maroc
Exemple de l’aragonite en boule

Les agrégats réticulés

Les agrégats dendritiques

Les agrégats colonnaires

Les agrégats fibreux

Les agrégats en étoile ou en hérisson

Les agrégats sphéroïdaux

Les agrégats botryoïdaux

Exemple d’un agrégat botryoïdal de prehnite

Les agrégats mamelonnés

Les agrégats réniformes

Les agrégats lamellaires

Les agrégats en plume

Les agrégats grenus

Les formes des cristaux peuvent présenter plusieurs particularités :

Les faces courbes

tourmaline noire variété schorl ou schorlite

Les faces striées

Exemple pyrite ou quartz

La dureté

Inventée en 1812 par le minéralogiste allemand Friedrich Mohs, l’échelle de Mohs permet de déterminer la dureté relative des minéraux à partir de dix minéraux bien définis de dureté variable. Cette échelle (non linéaire) est graduée de 1 à 10 (1 correspond à la dureté la plus faible et 10 la dureté la plus forte). Le principe de cette échelle repose sur le fait qu’un minéral ne peut rayer un autre que si sa dureté est supérieure.

Voici les dix minéraux de références qui composent cette échelle de Mohs.

1 Talc
2 Gypse
3 Calcite
4 Fluorite
5 Apatite
6 Orthose
7 Quartz
8 Topaze
9 Corindon
10 Diamant

Quelques repères de dureté :

2.5 Ongle
3 Pièce en cuivre
5 Lame de canif
5.5 Verre de vitre
6.5 Lime en acier

La densité

La densité dépend de la composition chimique du minéral ainsi que le mode d’assemblage (compacité) de sa structure cristalline.

Les cassures et les clivages

Certains minéraux ont la particularité de se fracturer sous l’effet d’une force mécanique selon des plans préférentiels de cassures, que l’on appelle plans de clivage.

Cassure conchoïdale
Exemple du quartz, du grenat, de la cordièrite

Minéral à 1 plan de clivage
Exemple mica

Minéral à 2 plans de clivage
Amphibole pyroxène

Minéral à 3 plans de clivage

Calcite optique

Minéral à 4 plans de clivage

Fluorite

La trace

On obtient la trace d’un minéral en le frottant sur de la porcelaine dépolie. Cela correspond donc à la couleur de la poudre du minéral. Ceci ne fonctionne que pour des minéraux dont la dureté est inférieure à 6 – 6.5.